Belgique
+32497888897
info@toutwat.be

Les heures sombres, A Ghost Story, La forme de l’eau, Les derniers Jedi… votre dvd review

La plateforme annuaire communautaire dédiée aux commerces et associations.

Les heures sombres, A Ghost Story, La forme de l’eau, Les derniers Jedi… votre dvd review

A tout seigneur de la guerre intergalactique, tout honneur… Commençons donc par Les derniers Jedi. Il faut dire que depuis que tonton Lucas a cessé de flinguer sa franchise, l’espoir renaît. Un peu avec Le réveil de la force, beaucoup avec Rogue One, à la folie (mineure) face à ces derniers Jedi. Si l’histoire est relativement simple, quel gain d’efficacité! Ce long-métrage possède un souffle épique, constellé de scènes puissantes. Au final le point d’équilibre entre l’humour et la noirceur se voit atteint, et ouvre à nouveau grand la porte de nos coeurs à la folie Star Wars.

Cote: 8,5/10 Extras: featurettes, commentaires audio, scènes coupées…

Film étrange, film décalé à l’extrême, A Ghost Story ne trouvera son public qu’auprès des amateurs d’essais philosophiques, lents, contemplatifs et sans esbroufe. Et malgré une forme brute, naïve, cet objet étrange emmène le spectateur hors de l’espace et du temps, dans une sorte de ballet exotérique aussi riche qu’austère. Au final c’est exigeant, mais très touchant, et le réalisateur David Lowery (Les amants du Texas…) s’approche d’une version minimale et infantile de cinéma à la Terrence Malick.

Cote: 7,5/10 Extras: Scènes coupées, featurettes, commentaires audio…

Expliquez-moi comment Guillermo del Toro a pu réussir un tel chef-d’oeuvre? Il faut un peu de temps pour s’adapter au double niveau de ce film : un avant-plan visuel et narratif écoeurant, guimauve… mais qui n’est qu’une façade, et le reste. Car celles et ceux qui creusent un peu plus découvrent un travail beaucoup plus profond, sombre, très sombre, fait d’amours interdits et de sang, de cruauté et de beauté. La forme de l’eau constitue une expérience rare, ambiguë à souhait, que nous vous recommandons chaudement. Notre ami Guilmermo aboutit ici son oeuvre la plus complexe, la plus subtile, mais il faut prendre le temps de s’y attacher, et mobilier ses neurones.

Cote: 9/10 Extras: Master Class, featurette, “anatomies” de scènes…

Avant de se lancer dans l’abysse narrative, sombre et houleuse que constitue Avengers : Infinity War, prenez donc un dernier bol d’air frais avec cet incroyable Thor : Ragnarok! Vu avec le recul nécessaire, ce 36e degré de la Marvel possède des arguments percutants : un rythme d’enfer, un humour à hurler (sooooo gay), une histoire en béton, une patine 80’s réussie et intéressante, des acteurs (quel casting!) qui semblent prendre leur pied. Au final c’est probablement l’un des meilleurs opus adaptés de l’univers de la Marvel, encore plus décalé qu’Ant-Man ou le très moyen Spiderman Homecoming. Concluons avec concision : c’est juste génial!

Cote: 9/10 Extras: featurettes, scènes coupées, bêtisier, commentaires audio….
 

3 billboards : les panneaux de la vengeance… OK, cette traduction du titre anglais pue des pieds, c’est une évidence. Heureusement le film vole nettement plus haut! Nous assistons à la vengeance d’une maman en plein deuil, sa fille a été violée et assassinée un an plus tôt, et la police piétine. Du coup elle loue trois panneaux publicitaires afin de faire rappeler l’horrible drame, et prend pour cible le chef de la police. Tout cela dans un petit village où le moindre rhume alimente les rumeurs… Sis dans une ambiance à la frères Coen, 3 Billoboards part un peu en tous sens, et se déforce parfois. Mais que cela ne vous empêche pas d’y jeter un oeil!

Cote: 7/10 Extras: Scènes inédites, court-métrage, featurette…

Nous ne reviendrons pas en détail sur l’histoire de Tueurs, qui évoque le contexte politique, juridique et policier magouilleur de l’époque des Tueries du Brabant. Tout cela a été dit, et bien dit. Nous tenons juste à rappeler qu’avec ce long-métrage, le réalisateur François Troukens (et Jean-François Hensgens) signe un excellent polar spéculatif, basé sur une affaire jamais classée, jamais classieuse. Casting top, musique urbaine à souhait, image léchée à vous en coller les rétines, de quoi passer un moment fort.

Cote: 8/10 Extras: Court-métrage, making of…

Nous le souhaitions de tout coeur, le voici: Cars 3! Je vous avoue avoir beaucoup de mal à critiquer ce genre de production, je prends tellement de plaisir à les déguster avec mes fils, trop jeunes pour se la jouer pinailleurs. Du coup, je récolte tout ce que je peux de plaisir, et je ferme un peu les yeux sur les défauts. Bien entendu, la franchise s’essouffle, malgré un coup de “tuning”, et met à mal nos portefeuilles à force de merchandising sauvage… Mais bon, allez, circulez, vous ferez mieux la prochaine fois.

Cote: 7/10 Extras: Court-métrage, featurettes, commentaires audio…

Quel parcours que celui de Gary Oldman, lui qui incarna en 1986 un succulent Sid Vicious… Le voici donc dans la peau, nettement plus de peau, de Winston Churchill pour nous faire revivre Les heures sombres de la Seconde Guerre Mondiale. Malgré un contexte plutôt politique et verbeux, Joe Wright se débrouille plutôt pas mal, et insuffle à sa réalisation une intéressante énergie, pas gagné vu le matériel narratif plutôt statique.

Cote: 8,5/10 Extras: featurettes, commentaires audio…

En Bref:

  • Cinquante nuances plus claires, et c’est fini, non? Non, allez quoi, on arrête de déconner!
     
  • Sans planer au-dessus de la mêlée, Downsizing propose un parfum de comédie, avec un rien de cynisme, le tout nappé par une réalisation correcte. Et n’oublions pas que Matt Damon est à la base un pur produit de comédie… Bref, pour faire court, nous recommandons.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.